Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Prévenir les maux de l’hiver

Posted on 0 0

Avec l’approche des premiers frimas, le temps des rhumes et des gratouillis à la gorge arrivent à grand pas. Certains vont se précipiter chez leur pharmaciens afin de procéder au vaccin contre la grippe tandis que d’autres s’approvisionneront en compléments alimentaires. Tous, espèrent prévenir les maux de l’hiver. Dans la lignée de l’article que j’avais publié sur une gélule anti-âge, je partage ainsi mes remèdes naturels contre les maux de l’hiver.

1 – C’est quoi un rhume ?

C'est quoi un rhume ?

Le rhume, aussi appelé rhinite infectieuse, est une infection virale du nez et de la gorge. Plus de 200 virus différents coexistent ! Les plus courants, les rhinovirus se transmettent via les fines gouttelettes émises par les éternuements. Le toussotement et les poignées de main provoquent tout autant la transmission. La résistance des rhinovirus est telle qu’ils vivent encore plusieurs heures sur les surfaces infectées. Il va de soi qu’après avoir touché par exemple une poignée de porte dans un transport en commun, la probabilité de véhiculer un virus sur soi est importante surtout en période d’épidémie. La période épidémiologique s’étend souvent de l’automne au printemps. Il fait plus froid, nous sortons moins, en conséquence le vilain rhino machin truc s’installe tranquillou comme au coin du feu.

Si malheureusement vous êtes atteints par ces virus, les conséquences se traduisent de la manière suivante :

Vous avez une rhinite si seul l’inflammation du nez est avérée. Pour écrire comme on parle, vous avez un bon vieux rhume des familles ;
Vous avez une rhino-pharyngite si en plus de l’inflammation du nez votre haut de gorge gratte ;
Si les symptômes persistent, la fatigue, la toux, la sensation d’abattement s’étendent alors sur vous et l’appel de la couette devient alors de plus en plus prégnant. On se dit alors être en fâcheux état grippal. Un état qui s’apparente à la grippe sans être la grippe, qui elle, cloue au lit à + de 40° de fièvre et qui nécessite la visite du médecin.

Avant d’en arriver là, nous allons donc passer en revue, tout ce qu’il est possible de mettre en place afin de prévenir les maux de l’hiver.

2 – Remèdes naturels pour prévenir des maux de l’hiver

A- Se laver les mains

se laver les mains pour se prémunir des virus

On ne réfléchit pas : on se lave les mains à la moindre occasion. Dès que vous rentrez chez vous : direction le lavabo. On savonne on rince bien et on essuie précautionneusement. Tout naturellement en extérieur c’est idem. Par exemple on file aux lavabos avant/après de passer à table le midi à la brasserie du coin. Bien entendu après un passage aux toilettes, on se lave les mains coûte que coûte. Ca à l’air niais écrit comme cela. Je puis vous assurer, foi d’ancienne commerciale en goguette : Des jolies madames bien pomponnées en apparence qui ne se lavent pas les mains au sortir des toilettes publiques y’en a encore pléthore.

Cette règle hygiénique de base est loin d’être anodine !

90 % des infections sont transmises par les mains. En améliorant l’hygiène des mains, on diminue la fréquence des infections. C’est mathématique. Sans tomber dans la psychose on se lave les mains et on évite de se mettre les doigts dans le nez (J’rigole) dans la bouche, les yeux…Bref, on se tripote pas le visage à tout va pendant la période grippale. L’été, vous faites comme vous le sentez 🙂

B- Dormir

dormir pour mieux aider nos défenses immunitaires

Oui je sais, j’écris des trucs ultra méga basiques. Dormir, la belle affaire ! Une bonne qualité de sommeil nous aide à lutter contre les maux de l’hiver. Les nuits plus longues et les jours plus courts réduisent notre taux de mélatonine. C’est quoi la mélatonine ? C’est une hormone dite du sommeil. Comme on en sécrète moins l’hiver par le manque de luminosité et bien on doit en prendre soin en dormant plus l’hiver. N’étant pas médecin, ça se saurait, je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas écrire de conneries. Mais ce que je sais, et que j’ai expérimenté avec succès, c’est que quand on dort bien, on récupère mieux, on se lève du bon pied, on a la patate dès le matin et on affronte mieux les bobos de l’hiver car on est plus fort !

C- Hydrater

Pourquoi faut-il boire en hiver ?

bien s'hydrater aussi en hiver

Notre corps été comme hiver est toujours composé à environ 65% d’eau. Le fait est qu’en dehors des effets de chaleur on a souvent moins le réflexe de boire. Et pourtant, pour un bon fonctionnement général de notre corps, quelque soit la saison, nous devons toujours nous hydrater en buvant entre 1l et 1l5 d’eau par jour. La saison hivernale est alors la bonne période pour boire aussi des tisanes, des thés, des soupes ; et consommer des aliments riches en eau comme les fruits et légumes (citron, pomme, carotte, poivron, brocoli, salade, agrumes…) mais aussi les produits laitiers.

Prendre soin de soit pour renforcer ses défenses immunitaires passe par l’hydratation et une alimentation équilibrée.

D- Alimentation

manger équilibré pour booster nos défenses immunitaires

Le système immunitaire est le fruit d’interactions complexes. Avoir une alimentation saine et équilibrée, sans carences en vitamines et nutriments est la base sans quoi votre immunité serait impactée.

A lire la nombreuse littérature sur le sujet on vous dira de :

– 1 Miser sur les probiotiques

– 2 Miser sur le magnésium

– 3 Miser sur les vitamines

– 4 Miser sur des cures d’huiles essentielles

Perso, ce que je retiens de tout cela c’est de s’obliger à avoir de bonnes habitudes alimentaires. Même si à l’occasion je peux tester des compléments alimentaires rien ne vaut une jolie assiette bien garnie, équilibrée, agréable pour les yeux et délicieuse en bouche. Un petit carré de chocolat noir par jour, et hop, pas de besoin de complément en magnésium, fort heureusement pour nous, le chocolat noir en contient!

J’émets quelques réserves sur ces conseils du web. Par exemple sur les cures de probiotiques où encore les compléments incluant la prise d’extraits de pépins de pamplemousse. Sans parler de l’éviction des laitages, du gluten, bref, tout ce qui est excessif me semble douteux. Je me méfie de ces vendeurs de fausse bouffe, qui souvent, servent une idéologie nutritionnelle à des fins commerciales.

J’en veux pour preuve l’industrie du complément alimentaire qui se porte à merveille : 1,62 Md€ de chiffre d’affaires en 2016 (Source Synadiet) avec une progression du secteur de la « promesse santé » à deux chiffres via les pharmacies & autres distributeurs… Bref, dès que l’on parle argent et business, y’a souvent un loup. Depuis que je lis toute cette fausse littérature sur comment bien manger pour être en forme je crois bien que la santé des lecteurs ne s’est pas améliorée.

Sans tomber dans l’orthorexie, le bons sens doit primer. Des fruits & légumes tu mangeras. Point trop de gras, point trop de sucré tu incluras. Tu éviteras la nourriture toute prête, tu cuisineras et apprendras ainsi à marier les bons ingrédients.

Si vous consommez régulièrement des fromages à pâtes molles à croûtes fleuries non pasteurisé type brie ou camembert, vous aurez votre dose de probiotiques. Y’a pas de quoi en faire un fromage… Si en plus vous ajoutez une belle salade avec quelques noix et une vinaigrette avec du vinaigre de cidre non pasteurisé vieilli en fût de chêne et bien vous l’aurez votre belle assiette équilibrée… Tout est question de bon sens et de qualité. En mode Jean-Pierre Coffe, on va pas se mettre à bouffer de la merdoum. Petite quantité et qualité vous privilégierez et un corps tout beau & en bonne santé vous afficherez. C’est tout ce que je vous souhaite.

3 – Comment soigner un rhume ?

Malgré les conseils ci-dessus, pas de bol, la contagion a eu lieu, vous présentez les symptômes du rhume. Votre nez bouché coule, le mal de gorge est prêt à surgir, vous pouvez même avoir mal aux yeux, c’est larmoyant, une sensation de fatigue vous laisse sur le carreau. A l’occasion, des ganglions se profilent à votre cou, les frissons s’emparent de vous, la gorge pique, un peu de fièvre, vous avez froid c’est la loose. C’est pas glop.

Comme le disent certains : soigner un rhume ou ne pas chercher à guérir un rhum, c’est kif kif bourricot, grosso modo ça dure toujours plus ou moins 5-6 jours.

A titre personnel je pense que c’est un peu vrai mais pas tout à fait. Depuis que j’applique les règles énoncées sur le renforcement de mes défenses immunitaires, je suis vraiment moins soumise aux virus qu’avant. Si il m’arrive à l’occasion de ressentir un début de gratouillis à la gorge ou une petite goutte au nez bien incommode, alors, je ne réfléchis pas, j’agis de suite pour limiter la contagion. Je n’attends pas quelques jours en me disant que ça passera tout seul. Non, j’agis rapidement dès les premières sensations désagréables. Et ça fonctionne !

Mes remèdes de grand-mère qui fonctionne

A- Gargarisme de gros sel marin

gros sel gris en gargarisme pour lutter contre maux de gorge

Nantaise, mon réflexe est de me gargariser avec le gros sel gris de Guérande qui est peu raffiné. Là les oligo-éléments genre zinc font la chasse à la gorge qui pique. J’utilise un demi verre d’eau tiède dans lequel j’ajoute une cuillère à soupe de sel et hop je gargarise sur le dessus de mon lavabo. C’est désagréable, c’est très salé mais ça soulage réellement.

B- Huiles essentielles

huiles essentielles pour lutter contre le rhume

Eucalyptus radiale : pour calmer l’inflammation et évacuer le mucus ;
Thym à linalol : anti-infectieux il dégomme les virus ;
Citron : anti-fatigue redonne un coup de peps à l’organisme et aide à renforcer l’immunité mise à mal par les virus et bactéries.

Comment je fais ? Je prend une cuillère à soupe d’huile d’olive, j’ajoute 2 gouttes de chacune de ces huiles essentielles et j’avale.
Combien de fois ? 2 à 3 fois pas jour, pas plus.
Pendant combien de temps ? Pas plus de 5 jours d’affilé.

Est ce que c’est efficace ? Sur moi oui. Je ne traîne plus des symptômes qui n’en finissent plus. C’était le cas avant. Je peux continuer à travailler et je ne suis plus coincée dans mon lit. La situation est gérable et non gênante.

C- Doliprane

doliprane en synergie avec huiles essentielles contre état grippal

Si je devais en plus des symptômes grippaux avoir mal à la tête, je prends le soir au coucher un doliprane en complément de ma cuillère d’huile essentielle. A priori la synergie entre les deux fonctionne très bien.

D- Tisane

tisane thym et miel pour soigner état grippal

Bien emmitouflé dans mon plaid, je savoure le soir une tisane au thym additionnée d’un peu de miel histoire de me chouchouter.

Et c’est tout ! Et ça marche !

Attention : je ne suis pas médecin, je ne suis qu’une simple blogueuse qui partage avec vous ses remèdes naturels pour guérir au mieux du rhume et vous éviter la visite du médecin. En ce qui concerne l’usage des huiles essentielles, vérifiez bien qu’il n’existe pas d’interactions avec certains de vos traitements ou problèmes de santé que vous auriez par ailleurs. On ne fait pas n’importe quoi !

Au moins, je suis certaine d’une chose, je ne vous met pas en danger à vous inciter à vous laver les mains. Je ne crois pas qu’il y a risque d’effets secondaires en la matière, si ce n’est les mains sèches. Et bien, cela fera l’objet, pourquoi pas d’un prochain sujet…

Prenez bien soin de vous, bise.

AVA
signature

Pas encore de commentaires.

A vous la parole

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *